Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TROPINKA, L'ALITTERAIRE : РУГАТСЯ МИРУ

  • On en parle en Bretagne ce soir là

    La galerie de Bretagne 

    13 rue du Frou, Quimper le jeudi 19 mars 2015 à partir de 19h

    présentation de Internelle ardence premier recueil poétique et théorique de Thierry Jolif (chroniqueur, essayiste et musicien)

    Soirée présentée par Henry Le Bal (poète, écrivain, dramaturge)

    Lire la suite

  • En état de poésie 1 : Georges Haldas

    Le premier des essais que je classais sous la catégorie En état de poésie fut consacré à Georges Haldas. Evidemment. Lui dont l'écriture me révéla le nomen de cet état, de ce momentum intérieur qui irradie sur l'existence entière.

    Alors que ma première contribution à la revue Recours au poème fut un texte assez long sur le poète et le Dossier H à lui consacré par les éditions L'Âge d'Homme, récemment il m'a été donné d'écrire, à nouveau, dans un autre contexte, une chronique d'un beau livre traitant de la vie et de l'oeuvre d'Haldas. Voici pourquoi je me dis qu'il est grand temps de regrouper dans une seule note, et de façon chronologique les différents textes que j'ai été amené à écrire au sujet de Georges Haldas et de son activité poétique... 

    (le 8 février de l'an de Grâce 2015) 

    En Etat de poésie (1) : Georges Haldas

     

    haldas,poésie,l'age d'homme,christ,en état de poésie,poïétique

    « La charité est cette clef », Arthur Rimbaud.

     

     

    Rimbaud, le premier parmi les modernes semble fixer à la poésie un horizon tout autre que celui de la littérature. Sans doute Baudelaire le fit aussi.

     

    Mais, comme tous les modernes qui ne peuvent avoir honte de ce terme ils ne font, finalement, que recouvrer la « vue », une certaine « vue ». Tel Arthur qui, s'étant « reconnu » poète, voulait se faire voyant. Nombreux ceux qui, faux modernes, finalement, et vrais modernistes, s'étonnent de ce fait qu'ils aiment à nommer sacrificiel (oui, il est encore des mots qui leur donnent du frisson à se faire rouler dans leurs bouches faisandées) de l'abandon par le « cher » Arthur de toute prétention à la carrière poétique...

     

    Eh quoi, donc !

     

    Mais oui, déjà, le marché devait dicter sa loi et « faire » une oeuvre s'était aussi devoir assurer une continuité, s'était aussi devoir s'asseoir sur certaines de ses intimes révélations, de ces dévoilements internes effarants au profit d'une continuité, d'une perpétuité de l'oeuvre...

     

    Eh quoi, donc !

     

    Ne l'avez-vous pas messieurs les conservateurs des zarzélettres votre oeuvre ? Votre perpétuité satisfaite ? N'a-t-elle pas, celle-ci, en outre, par ce « sacrifice » un p'tit goût de sacrée sacralité mystérieuse qui fait bien fructifier, malgré l'indétrônable autant qu'indécrotable réalisme rationaliste, les affaires ?

     

    Et si, précisément, la poésie surpassait, et de loin, votre sacro-sainte littérature faites d'oeuvres majeures et mineures et de carrière, par cela qu'elle est une pure kénose ? S'il n'y avait rien entre la danse oscillante des silencieuses et invisibles voyelles et toutes les res rationnelles qui s'achètent et se vendent à l'encan (et même les pensées vous en faites des res...!) ?

     

    C'est cette idée qui m'a saisie par les yeux en plongeant dans ce texte essentiel de Georges Haldas Les Sept piliers de l'état de poésie, et qui depuis lors ne m'aura plus lâchée au cours de mes lectures de ce poète subtil et généreux, en particulier en m'esbaudissant des féconds dévoilements de Le Christ à ciel ouvert, de Marie de Magdala ou du Livre des trois déserts.

     

    Je me dois d'en dire plus pourtant.

     

    Ces lectures ne sont pas seulement d'épars luminaires sur un trop obscur sentier, non plus que simplement de faibles rais de lumière sur les tracés sinueux d'un processus vital et spirituel, mais de véritables inclusions, des organes de perceptions s'intégrant dans un corps en cours de vivification. Des lectures qui sont les constituants d'un esprit informant l'âme naissante d'un corps vivant qui vient au monde. Qui vient pour défaire et faire le monde... (« Nous participons à la création du monde et nous décréant nous-mêmes », disait Simone Weil).

     

    En s'ouvrant, infiniment, à ce qu'il appelle l'émotion poétique Haldas retrouve le sens de la poïétique qui transcende, infiniment, ce qu'on nous a habitué à nommer poésie. Une intuition fécondante enracinée dans une humilité extrêmement profonde. Georges Haldas thésaurise sans théoriser. Et pourtant. Et pourtant il refait le chemin. Parmi les obscures frondaisons des mots il pénètre la clairière radieuse et paisible de l'Etat de poésie. C'est une vision, une theoria, une contemplation vraie, et la langue, l'écriture, son écriture est cette theoria, ses phrases lui sont tout autant révélations que révélateurs, double mouvement continu. Dans son écriture, écriture sereine, baignée d'une joie paisible autant que solaire; sachant que la lumière solaire est autant le pâle ruissellement de l'aube que le trait ardent et pointu du midi, dans son écriture il découvre...

     

    Il découvre, il invente, comme on le dit de celui qui met au jour un trésor, un espace qui n'est pas un lieu, qui n'est pas même un espace mais un pur non-où. Il in-vente, il invite le vent de l'Esprit à balayer l'intérieur.

     

    Il découvre l'instant, qui en lui-même n'est plus même un instant. L'instant d'éternité perpétuelle qui gît en chacun de nous. De « nous », oui, car Haldas, sans bâtir de système (et pourtant le système philosophique de Levinas sur l'altérité -qui n'est pas sans écho avec la poésie d'Haldas- est très beau...), sans philosopher, sans enclore les mots, au contraire, révèle à tous ceux qui veulent bien le lire que, loin de retrancher le poète du « reste » de l'humanité l'Etat de poésie inclut tous ceux que la littérature ou la poésie « instituée » pourrait (ou voudrait) exclure, les ceux-là qu'elles souhaiteraient poser, en tant « qu'autres » de l'autre côté de la barrière, celle qui « fait » les ceux qui écrivent et les ceux qui lisent... Et ce miracle advient, précisément parce que ce poète révèle ce qui se révèle à lui sans en passer par le prisme d'une idéologie, d'un système, d'une « grille de lecture » x ou y...

     

    Impossible d'évoquer une « expérience » (comme on dit...) car il s'agit là d'un processus vivant insécable, non analysable extérieurement. Il nous est fait invitation à entrer « dans » le poète, « dans » son écriture, ce qui en l'occurrence, revient au même !

     

    Attentif aux ondes des choses, le poète, humble quoique toujours vigilant et d'une intransigeante précision, retrouve en lui la voix et la voie de la mémoire. Et, pour cela, et par cela, la vocation résurectionnelle d'icelle. Parcourant sereinement le paysage intérieur il découvre, parmi les vaporeux objets qui le composent, une « disposition intime soustraite à l'espace/temps »... une graine d'éternité en nous, gouttelette de cela qu'il nomme la Source.

     

    « En fait, une petite graine en creux et non compacte et pleine comme une graine ordinaire, pour mieux être reliée par son petit vide primordial à l'instance originelle du « Royaume des cieux ». (Les Sept pilier de l'Etat de poésie)

     

    Toute la découverte de Georges Haldas passe par les mots et surtout les mots au quotidien. Pas tant les « mots du quotidien », non, qu'au quotidien. Une fréquentation amoureuse et journalière des « petites choses » vécues. Vécues, oui, mais non dans la fréquente indifférence. Dans la fréquentation luminescente d'une claire présence. Dans un art très particulier de l'attention, de la relation. Révélation altière de l'autre en soi, de soi en tant que tout autre. Attention révélatrice, « dé-vélatrice », à une jonction unifiante : le corps, soumis lui, au régime de l'espace-temps, par lequel passe l'émotion, la sensation et la relation, le corps qui est aussi la possibilité de l'expression écrite et poétique nous est déjà un autre et il nous permet, donc, la rencontre avec l'autre. Mais, pour aller au-delà de la façade, attrayante ou effrayante, de la relation, il y a aussi le « corps intime » :

     

    « ... en nous cette graine -cette étincelle- d'éternité vivante logée au coeur du temps, où évolue le corps terrestre. » (Le Livre des trois déserts)

     

    Cet invisible qui fonde le visible se fait jour dans l'écriture au long cours du poète. La lumière n'est jamais criarde. Elle apparaît avec plus d'intensité petit à petit dans une constante humilité. Dans une patience palpable. Cette lumière éclate avec une violente douceur par le poème qui prends corps à partir de ce non-lieu invisible.

     

    La poésie devient, redevient, une anthropologie intime, insaisissable, pas tant secrète que non dévoilable par les seuls mots, si ce n'est que ceux-ci peuvent donc devenir le fondement d'une attitude méta-logique.

     

    Mais, évidemment, si l'état de poésie est un état non-commun, un « état d'exception », c'est que l'état commun, général, quotidien est autre et porte autre nom. Et, Haldas, vrai poète le nomme : c'est l'état de meurtre... Par la plongée vécue en état de poésie Haldas a découvert (« inventé ») ce que, par ses études patientes et minutieuses, avait vu René Girard... La voie qui en vérité suit le Christ n'est pas une autre et énième « version » de la religion mais la libération de celle-ci et de l'état de meurtre qui est celui de l'homme chuté...

  • 311



    LES EDITIONS L'ÂGE D'HOMME ONT LE PLAISIR DE VOUS CONVIER A LA SOIREE DE PRESENTATION DE



    INTERNELLE ARDENCE 

    &

    LES ICONES DU NEANT

     

    En présence de

    Vladimir André Cejovic et Thierry Jolif

    *

    lectures – discussion – chansons

    *

    « À l’origine du monde se trouve une liberté irrationnelle enracinée dans la profondeur du néant, un gouffre d’où jaillissent les sombres torrents de la vie... La lumière du Logos triomphe des ténèbres, l’harmonie cosmique triomphe du chaos, mais sans l’abîme des ténèbres et du chaos, il n’y aurait, dans l’évolution qui s’accomplit, ni vie, ni liberté. La liberté gît dans le sombre abîme, dans le néant, mais sans elle tout est dénué de sens... La liberté est incréée, parce qu’elle n’est pas la nature, elle est antérieure au monde, elle est enracinée dans le néant initial. »

    Nicolas Berdiaev, Esprit et Liberté



    *



    VOILA CERTAINEMENT CE QUI UNIT DEUX POETES DIFFERENTS

    L'UN MUTIQUE ET SAUVAGE

    L'AUTRE EXPANSIF ET SPECULATIF

    DE SAUVAGES FELURES EN ARDEURS INTENSES

    ILS SCRUTENT, EN CORDIALES DIVERGENCES,

    LES ERRANCES D'UN MONDE REBELLE ET BLESSANT

    *

    LE SAMEDI 31 JANVIER 2015

    A PARTIR DE 18H

    (entrée libre dans la limite des places disponibles)

    LIBRAIRIE L'ÂGE D'HOMME

    5 RUE FEROU

    PARIS VIe

    (métro Saint-Sulpice)











     

     

  • 20 regards

    Depuis 2013 et leur rencontre autour de l'essai "Une lampe entre les dents" Thierry Jolif et Christos Chryssopoulos ont entamé une collaboration dialogique entre image, texte et musique. Mots, silence, non-expression, mouvements et statismes. 

    Le projet polymorphe de Christos Chryssopoulos, Look Twenty est accueilli essentiellement par le site A place for the arts et se trouve ici : Look 20 

    SHORT-LOVE-STORY-Cover-Image.jpg?resize=456%2C300

  • Le manuscrit de l'ami

    alain santacreu,recours au poème,internelle ardence,l'Âge d'homme,poésie

    "Le poète est infiniment solitaire, ce n'est pas une nécessité, c'est une vérité, joyeuse, bien que souffrante, comme l'est, par essence la Vérité..." Internelle ardence, p.72

     

    Alain Santacreu au faîtes d'une amitié poétique, acratique et christique, m'a fait l'immense joie de lire le manuscrit du livre "Internelle Ardence". La joy de la lecture lui fera accepter de rédiger un brillant églogue. La joy de l'inspiration poétique le conduira également à donner forme de poème à ce beau texte. 

     

    Bien avant la parution livresque du texte cet églogue poétisé trouva un havre accueillant par la bienveillance de Recours au poème... 

     

    A ceux qui auraient le courage singulier de se procurer "Internelle Ardence" une lecture en miroir entre l'églogue in-primé et le poème électronique est fortement encouragée 

     

    Le Manuscrit de l'Ami, par Alain Santacreu.